Lalevitch 2017 : R5 + App R6

Une place de n°1 mondial et un record absolu au classement ELO plus tard, et voilà le Washington Post qui surnomme Magnus Carlsen le « Mozart des échecs ». Le jeune Norvégien esquive habilement la comparaison avec le compositeur autrichien : « J’aurais été très impressionné si Mozart avait su situer l’origine de son talent. Il aurait probablement dit que ça lui venait naturellement. » Magnus est un joueur inclassable. Alors que ses rivaux sont formatés par les programmes informatiques, il détonne par sa capacité à improviser et à ne pas préparer pendant des semaines son ouverture. « Ce n’est pas un secret que je la prépare beaucoup moins en profondeur que nombre de mes adversaires », reconnaît-il dans le New Yorker.
Il se définit lui-même comme « paresseux » : il lui arrive souvent de dormir jusqu’à une heure avant le match. Contre Kasparov, il s’était préparé en dévorant des BD de Donald Duck, son personnage favori. Magnus explique aussi au Financial Times puiser des idées dans l’histoire militaire, de la stratégie de la Blitzkrieg d’Hitler aux campagnes napoléoniennes. Kasparov, qui l’a coaché pendant un temps, estime que son principal atout est d« accentuer la pression » sur l’adversaire. Une carte maître dans un jeu où le but est de détruire mentalement son rival lors de parties longues de plusieurs heures.

Constatons que la pression s’accentue aussi sur le Challenge Lalevitch dont la 5ème ronde vient d’être consommée.
A vous de voir l’appariement de la ronde 6 qui nous attend ce vendredi.

Publié dans Facebook, News, News adultes, News juniors, Tournois internes

Partenaires